La vente en ligne: défi et opportunité pour les artisans

La vente en ligne: défi et opportunité pour les artisans

La vente en ligne: défi et opportunité pour les artisans 1024 684 Claudia Tessier

SOIRÉE CAUSERIE – QUARTIER ARTISAN

Mon engouement inné pour les métiers d’art, la bière de micro, et les rassemblements de beau monde ont fait en sorte que je me suis retrouvée hier – lundi soir 7 mai 2018 – à boire une pinte de Tête Carrée à la Tête d’Allumette avec des créateurs du Kamouraska et les gens de Quartier Artisan. J’ai quitté l’espace de travail partagé Haut-Village à 17h15 et me suis retrouvée assise à 17h40 entre Caroline Roberge, alias La Mortaise (Le Tenon et la Mortaise) et Julien, de l’Atelier Vcuir. Deux artisans flamboyants qui produisent des produits faits à la main et au design exceptionnel.

Laissez-moi vous faire un humble résumé à chaud de ma soirée devant mon souper frette (je viens d’arriver à la maison, il est  21h30).

Vendre en ligne vient avec un lot impressionnant de questions fondamentales…

« Est-ce que mon modèle d’affaires est adapté au e-commerce? »
« Est-ce que mon produit va être facile à expédier? »
« Est-ce que je trahis mes valeurs en m’embarquant là-dedans? »
« Est-ce que c’est écologique? »
« S’tu moi ou Poste Canada m’offre pas de deal intéressant?»
« Est-ce que mon beau-frère Jean-Paul qui bizoune sur les ordinateurs est capable de m’organiser ça? »
« Qu’est-ce qu’on mange pour souper? »

Bref, ce sont les mêmes questions pour tout le monde.
Il importe de clarifier son besoin et de savoir ce qu’on veut vraiment.

LA RECETTE MAGIQUE

Elle n’existe pas. Désolée.

Nous avions 3 panélistes qui semblaient maîtriser le monstre à trois têtes de la vente en ligne, dont deux entrepreneurs qui géraient une croissance avec des produits relativement faciles à expédier. Un est propriétaire de chandaildeloup.com et l’autre de akrochetatuk.com. Le troisième travaille pour la stratégie numérique de Simons.

On se doute bien que tout l’auditoire les écoutait en espérant qu’une des recettes présentées fitte avec les ingrédients déjà présents dans leur frigo, mais rien n’est moins évident. Nul besoin de se rappeler qu’une lampe en verre soufflée représente un lot de défis d’expédition et de manutention hautement différent et anxiogène par rapport à un t-shirt de loup en coton.

Lancer sa propre boutique: un pari alléchant

La vente en ligne apparaît comme la meilleure façon d’atteindre un public restreint. Le meilleur exemple était là pour nous en parler. Chandaildeloup.com… Le nom et la clientèle visés sont clairs, même si l’entreprise a modifié sa trajectoire depuis sa création. On comprend qu’on s’adresse à une clientèle de l’ordre du 0,0009% de la population, celle qui trippe chandails de loup.  Un marché de niche comme disent les chiens savants du marketing.

On a donc entendu parler de Etsy, Shopify, WooCommerce, Votresite.ca, Snipcart, Monpanierdachat.com… Il a été dit à plusieurs reprises que la meilleure stratégie était d’opter pour les plateformes les plus utilisées, qui offrent du service en français et locales, idéalement. Shopify répond à ces critères et semble être une bonne avenue pour quelqu’un qui veut une solution rapide et maîtriser son environnement de vente. En plus d’offrir une panoplie de thèmes personnalisables, on peut y attacher un blogue et une infolettre assez facilement. Pour ce qui est de WordPress, le principal avantage réside dans le fait qu’on possède vraiment son site, contrairement à Shopify qui ne fait que prêter sa plateforme.

Il a aussi été mentionné que la sorcière du village, Votresite.ca, n’était pas seulement à éviter, c’est un gros NON catégorique. Comme quoi « la structure du code était trop opaque pour optimiser le référencement. » Je n’aime pas ça ne pas aimer quelque chose parce que tout le monde le fait. Pensez ce que vous voulez, mais personne n’a encore rien dit de tel pour les autres plateformes.

Créer une audience engagée: le nerf de la guerre

TROIS HEURES

C’est le temps que la propriétaire de Akroche Tatuk investit CHAQUE JOUR pour créer du contenu (photo, vidéo, tutoriel, article de blogue, infolettre, animation des réseaux sociaux, etc.). Les panélistes étaient unanimes. Pour réussir à vendre en ligne, il ne suffit pas d’avoir de beaux produits… « Les consommateurs achètent d’abord et avant tout une histoire, une personnalité ». Faut donc se mettre en scène, parler de soi, transmettre les valeurs de l’entreprise, etc. C’est là que plusieurs se découragent. Et avec raison! Quel artisan a trois heures de lousse par jours pour faire de l’ordinateur? Chose certaine, de manière générale, un blogue et les infolettres sont extrêmement efficaces pour générer du trafic sur son site web et ainsi augmenter son référencement organique. Ça vaut la peine de s’y investir un peu… Quitte à engager quelqu’un pour le faire!

Les panélistes ont tous suggéré de se créer une audience avec un produit niché tout en se diversifiant en intégrant d’autres gammes de produits connexes pour bonifier le volume du panier d’achats. Il s’agit d’une astuce intéressante pour augmenter ses profits, mais ça peut devenir plus compliquer à gérer. Et la vente en ligne sert mieux certains types de produits que d’autres.

UNE BONNE IDÉE QUI A ÉTÉ LANCÉE

Pourquoi ne pas regrouper les artisans d’une même région sous une même adresse d’expédition? Pourquoi ne pas ouvrir un compte entrepreneur commun chez Poste Canada? Tous les colis réunis permettront une économie d’échelle et des tarifs préférentiels qui profiteront à tous.

CE QUE JE RETIENS DE MA SOIRÉE
Les pour d’une boutique en ligne (Shopify, WordPress, WooCommerce)
  1. On peut attacher une infolettre pour diffuser du contenu et des promotions. Il s’agit d’une véritable arme de vente massive qu’on peut paramétrer pour atteindre un public segmenté par habitudes de consommation.
  2. On peut suggérer des produits connexes (ventes croisées) et bonifier le panier d’achats.
  3. Les frais tournent autour de 50$ par mois, ce qui est faible par rapport aux frais d’une boutique physique ou les salons, marchés, etc.
Les contre
  1. Il arrive qu’il y ait certaines erreurs de traduction sur votre site.
  2. Ça prend quand même un minimum de talent en design graphique… et un maximum de patience! Parce que le web, c’est le web. C’est un gouffre de temps innommable. Si tu es du genre à pogner les nerfs rapidement quand ça ne marche pas du premier coup, engage un professionnel. Perds pas le goût de la vie pour ça.
Les pour de Etsy
  1. Etsy permet d’atteindre une clientèle qui autrement ne vous aurait jamais vu. C’est reconnu pour être «user friendly» et votre contenu sera facile à traduire. De l’Australie en passant par l’Irlande, vos produits seront vus partout à travers le monde.
  2. Etsy crée du trafic vers votre site web. Peut-être que Etsy ne sera pas votre meilleure plateforme de vente, mais il s’agit certainement d’un carrefour giratoire très achalandé qui redirigera beaucoup d’acheteurs potentiels vers votre site web, et qui contribuera à asseoir votre «autorité» aux yeux des moteurs de recherche.
  3. Etsy mise sur l’esprit de communauté. Les salons Etsy permettent un réseautage et une synergie entre artisans qui peuvent contribuer à établir des relations d’affaires intéressantes.
  4. Le coût est très faible, ce qui rend la plateforme intéressante pour le développement d’affaires. Et les artisans peuvent y tester de nouveaux produits sans trop investir (0,20$ par fiche produit).
Les contre
  1. Vous êtes simplement une boutique dans «le gros centre d’achat Etsy». Il se peut que votre publicité attire des gens sur la page de vos produits, mais qu’après avoir navigué tout bonnement en cliquant sur des liens, ceux que vous avez séduits avec une belle photo achètent un produit d’un concurrent.
  2. Les produits les mieux référencés resteront les mieux référencés… Les meilleurs vendeurs apparaîtront toujours en premier, ce qui crée une sorte de concurrence déloyale.
  3. La plateforme catégorise les produits par silo et il devient difficile d’établir et de positionner sa marque.

Je tiens à remercier Quartier Artisan pour leur arrêt dans le Kamouraska! Ce fut très pertinent et hautement inspirant.

1 Commentaire

Laissez un Commentaire